Search

entete edito

Nous ne pourrons pas avancer les uns sans les autres !

Dans quelques semaines, des élections renouvelleront l’équipe du Comité Directeur de notre Fédération ; il en sera de même pour ceux de nos Comités Régionaux et pour quelques-unes de nos Associations. Le mot « BÉNÉVOLAT » prendra alors, plus qu’à l’habitude et avec une particulière acuité, tout son sens : le fait d’accomplir des actions sans contrepartie… sinon la satisfaction d’être utile, de créer et de construire, de faire preuve de générosité et de capacité à donner à travers un travail d’équipe.

Le Conseil National des Fédérations Sportives (CNFAS), qui n’est surtout pas un « machin » inutile de plus, a, entre autres vertus, celle de faciliter un dialogue permanent entre les Présidents de nos Fédérations aéronautiques. En plus de défendre au mieux les intérêts de la communauté des pilotes de l’Aviation Légère et d’œuvrer à son développement, il y est aussi loisible d’échanger, de comparer, de s’enrichir des réussites, des échecs et des solutions trouvées par les uns et les autres. Or, l’unanimité de nos responsables insiste sur le fait qu’il devient très difficile de « recruter » des bénévoles parmi nos adhérents pour nous épauler ou prendre la relève.

Il est vrai que la vie professionnelle accapare, d’autant plus en ces temps de crise économique où la compétition est si rude, qu’elle nécessite un investissement personnel de tous les instants. Il est vrai aussi que les valeurs de notre Société évoluent ; notre mode de vivre comme de penser gomme le « sens du devoir » et fait la part belle à l’individualisme.

Mais je vous l’affirme, pour le vivre au quotidien de mes fonctions de Président de la FFPLUM, en France comme à l’étranger, « nous ne pourrons pas avancer les uns sans les autres » ! Le bénévolat nous donne une énorme supériorité sur tout autre système ou organisation : notre pensée est libre et nous pouvons mener notre politique sans compromission, car nous n’attendons aucune compensation financière ou salariale de nos actions et de notre engagement. C’est parfois difficile face à l’échec, la calomnie, l’incompréhension ou la bêtise ; mais si « gratifiant » devant le succès ou la simple reconnaissance du travail accompli.

L’équation est simple : la pratique de notre passion de l’Ultra Léger Motorisé dépend totalement de notre capacité d’engagement bénévole. Moins de bénévoles au sein de nos Comités Directeurs, au niveau national, régional ou local c’est l’extinction assurée à plus ou moins brève échéance de notre mouvement, que les professionnels, pourtant aussi indispensables et irremplaçables soient-ils, ne pourront maintenir en vie à eux seuls. Tous ceux qui vous disent ou vous affirmeront le contraire ne sont que de vils menteurs.

Mon souhait pour cette nouvelle année est que le plus grand nombre possible d’entre nous s’impliquent et rejoignent nos Comités Directeurs, et mettent ainsi « bénévolement » leurs compétences et leur générosité au service des « autres », pour avancer ensemble. Nous le faisons bien depuis plusieurs générations. Il faut continuer ! Il faut persévérer !

J’y crois ! Et vous ?

                                                                                                                                              

Dominique Méreuze